main Forums Forum RFS Métadébat

Ce sujet a 4 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Anne-Christel Zeiter, il y a 1 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #3147 Répondre

    Anne-Christel Zeiter

    Cette discussion est dédiée aux réflexions à mener sur les modalités de débat au sein du RFS. Elle sera synthétisée en vue de la prochaine AG en présentiel au COngrès d’Ottawa en juin 2019.

    #3148 Répondre

    Maria C

    Bonjour,
    Mon message fait suite à la position postée aujourd’hui sur la liste RFS adhérents. Je ne suis pas hostile à l’existence d’un forum comme espace de débats, même si je trouve que l’outil enlève beaucoup de la spontanéité d’une liste de discussion. Il peut avoir l’avantage d’être plus facilement archivable et consultable sur une période de temps longue. Et surtout, il sera possible d’en faire un nouveau bilan à l’AG du prochain congrès. Selon moi, le forum n’a pas la même fonction que la liste de discussions et on a besoin des deux outils.

    Mais j’ai quelques questions sur le forum, en attendant la prochaine AG.
    Comment fait-on pour s’abonner à ce forum et recevoir une alerte quand il y a un nouveau message ? Je ne trouve pas cette fonction. Or, sans cette fonction, il ne peut y avoir, techniquement, interactivité. Il est impossible d’aller tous les jours sur un forum pour voir s’il n’y a pas un message, éventuellement.

    Comment savoir si les personnes qui postent ici ont à voir de près ou de loin avec la recherche en sociolinguistique francophone ? Il me semble que les inscriptions sont libres et donc tout-e internaute peut poster. Cela n’est pas un problème, mais lorsqu’on débat entre sociolinguistes on présuppose un socle commun de références, ce qui n’est plus le cas lorsque les débats sont larges, potentiellement exposés au trollages, etc. Par ailleurs, comment savoir qui écrit ?

    Le fait de signer de son nom en entier et de son affiliation, sur un forum public, transforme le statut de nos prises de parole. Il ne s’agit plus d’échanges rapides dans un groupe fermé, entre collègues, mais d’échanges publics, potentiellement citables. Est-ce le but de ce forum ? Prolonger par exemple la revue « Langage et société » par des micro-publications et des débats théoriques ? Cela pourrait être son intérêt. Il ne remplacerait en rien une liste de discussions interne, spontanée et ouverte aux polémiques, mais il offrirait un nouvel espace de communication à la discipline.

    Le fait de ne pas signer de son nom entier, nous empêche de savoir à qui on parle, alors que cela représente un des intérêts importants sur une liste interne, où les gens se connaissent de nom. Le forum empêche aussi les réponses privées, les réponses adressées uniquement à la personne qui a posté un message, qui ne sont pas censés intéresser tout le monde.

    Autre question : est-il souhaitable de lancer des débats sur le fonctionnement interne d’une association sur un forum public ouvert à tout le monde ?? Le message du bureau envoyé sur la liste adhérents fait été de quelques entraves au bon fonctionnement par un collègue, est-ce ici le lieu pour en discuter ?

    Voilà quelques réflexions et quelques questions pour ma part. Je me dis que le Bureau y a sans doute réfléchi.
    cordialement,
    Maria Candea

    #3149 Répondre

    Malo

    En théorie certaines de ces questions peuvent être réglées facilement par un paramétrage technique. Sauf webmasters expert⋅e⋅s disposant de beaucoup de temps libre, les forums sont généralement issus de logiciels qu’il n’y a qu’à paramétrer (cf. ici une liste : https://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Logiciel_pour_forum).

    Si je prends phpBB, que je connais moins mal que les autres, il est possible d’ouvrir la lecture ou l’écriture des discussions uniquement à des membres inscrit⋅e⋅s préalablement. Ces réglages peuvent aussi être différenciés selon les sections du forum (il peut y avoir une partie du forum où tout le monde peut lire et écrire, une autre ou seul⋅e⋅s les membres pourraient écrire mais où tout le monde pourrait lire le contenu, et une autre où seul⋅e⋅s les membres pourraient aussi bien lire qu’écrire).

    Par ailleurs, ces logiciels de forum (c’est vrai pour phpBB, je ne sais pour pour tous les autres) permettent d’exporter les débats sous forme de flux RSS ou ATOM : ainsi, avec un agrégateur de flux (de type FeedBro ou autre), il est possible de récupérer en temps réel les débats sans avoir à se connecter tous les jours (avec un fonctionnement comparable à celui d’une boîte mail).

    Pour avoir utilisé phpBB à l’époque où c’était à la mode (disons entre 2001 et 2010), le logiciel permet également d’envoyer des mails aux auteur⋅e⋅s d’un sujet pour les prévenir qu’une réponse leur a été donnée, d’échanger des messages privés entre membres hors forum, etc.

    Enfin, autre avantage : certains de ces logiciels libres ont leur interface traduite dans différentes langues, et n’importe qui peut les traduire librement (c’est le principe du libre). Certain⋅e⋅s sociolinguistes pourraient donc avoir la satisfaction de cliquer sur des boutons « envoyer », « répondre », etc., dans la langue de leur choix.

    De telles solutions sont encore assez fortement utilisées, notamment dans les milieux un peu geek où les membres manifestent une vigilance justifiée quant à l’utilisation de leurs données personnelles par les réseaux sociaux.

    Par contre, de tels réglages demanderaient à la fois au bureau d’installer / paramétrer un logiciel de gestion de forum disposant de ces fonctions (identification des membres et export des flux RSS/ATOM, notifications par mail, messages privés), et aux personnes voulant participer de se créer un compte. Par ailleurs, chaque réglage technique soulève une question politique sur laquelle le Bureau devra trancher (accessibilité, confidentialité, anonymat, etc.).

    Enfin, un dernier mot sur l’anonymat : il est souvent associé aux « trolls » qui voudraient dire des choses offensantes ou non pertinentes. Mais il peut y avoir d’autres raisons de choisir l’anonymat. À tout hasard, en tant que jeunes chercheur⋅e⋅s dont les éventuelles prises de positions (même formulées de manière constructive et diplomatique) pourraient déplaire à des pontes qui se trouveront dans différentes commissions (jurys de thèse, financements, recrutements, etc.), il n’est pas rare que beaucoup d’entre nous choisissent de ne pas s’exprimer par peur d’éventuelles conséquences institutionnelles. Il est possible que le débat y perde, et que l’anonymat puisse, dans certains de ces cas, lever des inhibitions.

    #3157 Répondre

    Marinette Matthey

    Les inconvénients mis en avant par Maria me semblent assez hypothétiques. Et il est intéressant de voir que certain·e·s semblent redouter que personne aille sur le forum, et que d’autres craignent que n’importe qui puisse s’exprimer.
    Il me semble que si quelqu’un veut lancer une discussion  » à chaud », il peut envoyer l’info sur la liste RFS qu’il crée un forum et les personnes intéressées vont une fois par jour pendant quelques temps se connecter quand elles ont quelques minutes devant elles.
    Je suis assez troublée que personne n’ait discuté l’interprétation que j’ai fait de l’incident Mélenchon, comme si l’important était de pouvoir dénoncer la glottophophie (terme qui se diffuse à toute vitesse) et non pas d’analyser une interaction par ailleurs très intéressante.
    On verra si ce méta-débat intéresse plus de monde!

    #3161 Répondre

    Anne-Christel Zeiter

    Il me semble que les inconvénients soulevés par Maria méritent d’être creusés, en particulier la question de l’abonnement – sinon on n’y va plus après deux jours – et du privé/public. Nous allons y travailler prochainement!
    Merci!

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
Répondre à : Métadébat
Vos informations: